Belgrade

Repasser à nouveau la frontière macédonienne serbe fut un défi, j’ai été en difficulté tous les derniers passages que j’ai accomplis à travers les check-points … Être incité à payer des backshishs pour les Serbes, être contrôlé pendant des heures sous prétexte de présomption de trafic de drogue, de traite ou trafic d’humains, etc. …. être volés par la police de la frontière macédonienne … bien … Honnêtement, je n’étais pas à l’aise de passer à nouveau le point de contrôle Tabanovce-Presevo … Mais, de façon surprenante, cela s’est bien passé et mon chemin vers Belgrade a été l’un des plus directs.

Après avoir traversé le pays en une nuit, après un court sommeil dans une station-service, je suis finalement arrivé à l’ancienne capitale yougoslave. Trouver le camp miksaliste a été plus facile que prévu et pour la première fois, j’arrivais sur la place à ma première tentative. Ensuite, après une introduction rapide à l’équipe de coordination, j’ai commencé le travail de suite.

 

exile (395 of 500)Miksaliste est une ancienne salle de concerts utilisés pour les festivals d’été dans le quartier des quais de Belgrade où se basait la majeure partie de la vie culturelle de la ville. De nos jours, le gouvernement Serbe reconstruit le quai d’une manière totalement différente, avec des auberges de jeunesse “hype”, des hôtels de luxe et tout une gamme de merdes excessivement chères … exile (394 of 500)Le camp est placé directement au milieu de cette zone sur un espace carré qui pourrait recevoir environ mille personnes.

Les concerts ont été supprimées et l’infrastructure du lieu est utilisée pour l’aide. exile (393 of 500)Les étagères de stockage, les conteneurs qui étaient censées accueillir des artistes étaient maintenant utilisés comme des douches, des toilettes, etc. qui servaient à recevoir les personnes dans les besoins.

exile (400 of 500)

Au final, les Serbes, au vu de leurs moyens et de la situation catastrophique de l’été 2015, avaient réussi à gérer la crise avec beaucoup d’efficacité.exile (406 of 500)

exile (386 of 500)Pendant les derniers mois, je me suis habituée à ce travail, en préparant du thé, du café, du tri, de la nourriture, etc . «seuls l’endroit et les gens changent, le travail est toujours le même …» exile (385 of 500)En disant cela, je me rendais compte de ce que j’avais fait pendant les 7 derniers mois, et j’étais en quelque sortes prêtes à faire face à tout type de situation. exile (387 of 500)Ensuite, même si le travail était encore difficile, même s’il était toujours troublant et pénible de voir ces personnes qui luttent pour survivre, j’étais maintenant confiant pour gérer l’ensemble de ce processus d’aide. exile (397 of 500)exile (384 of 500)Et je dirais que le bénévolat dans le camp de miksaliste a été l’une des parties les plus faciles du voyage.

 

exile (401 of 500)C’est peut-être venu des gens qui m’entourent, une ribambelle de Serbes et d’autres volontaires internationaux qui se sont autant impliqués que moi, un paquet de volontaires venus des quatre coins du globe.

 

 

exile (405 of 500)Nous travaillions tous ensemble tous les jours et passions la majeure partie de notre soirée à siroter et à parler au café mikser ou au KC Grad Club. D’une certaine manière, nous Étions tous sur la même longueur d’onde, tous énervés par les horribles nouvelles de la fin des routes des Balkans, tous essayant de comprendre quelle était la meilleure façon d’aider … exile (396 of 500)Finalement, je pense que la ville a joué un grand rôle dans mon expérience car il y avait toujours quelque chose à faire, toujours quelqu’un à rencontrer et j’ai même trouvé le temps de m’amuser à faire quelque chose qui n’est pas lié à la crise …
Je me suis fait de bons amis, j’ai travaillé dur et j’ai trouvé de vraies personnes, de bonnes personnes qui ont partagé leurs expériences, nos passions communes venant créer une force plus grande qui espérons-le, nous ferait surmonter les choses.

exile (407 of 500)

exile (410 of 500)

Et même si la route des Balkans était «officiellement fermée», rien n’a vraiment changé et nous voyions des personnes arrivant d’Afghanistan, d’Irak, d’Afrique du Nord, etc. tous les jours.exile (409 of 500)

exile (412 of 500)J’ai même découvert que la ville était le point d’arrivée de nombreux autres réfugiés et demandeurs d’asile tels que bosniaques, Kosovars, albanais … (Les populations qui souffrent encore de la chute de la Yougoslavie et de la guerre des Balkans des 90″), exile (411 of 500)mais aussi Ukrainien, Russe, les Iraniens et d’autres personnes qui fuyaient le gouvernement de leur pays pour une quelconque raison, plus souvent en raison du manque de droits de l’homme, de conflits religieux et sociaux ….

 

Chaque jour, au moins 30 à 40 nouveaux arrivants s’entassaient dans l’afghani parc”, le premier espace devant la gare routière et ferroviaire de la capitale. Ensuite, ils arrivaient à miksaliste. Et chaque soir, on pouvait apercevoir ces mêmes personnes dormantes dehors dans le parc ou dans les rues. Ils étaient ravis que le temps devienne plus chaud, même s’il faisait encore froid … et que les choses ne s’arrangeraient pas avec la météo…

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s