Chapter XIV – Kara Tepe – Lesvos

I was in France, working on the first part of the documentary, editing recording voice over, translating interview etc… I was also planning the second part, looking at the different place I would go and how to get there when Fred from HSA called me.

He asked me to come back here in Kara Tepe, Lesvos to continue the documentation and video work I started there by winter 2015. 
As soon as possible I booked a flight and leave for the island.

Somehow I knew that the things were different there now that the EU-Turkish deal was in place, but I didn’t expect the things to be so drastically changed. I arrived on Lesvos few days after the Fred call and met him and David at the Mytilini airport. They drove me straight to the camp to show me how it has evolved over the last few months. First, the place looked the same to me, I even met some good friend I made across the volunteers of the camp last winter like Sara who was still working there, but soon I realized how much everything has changed: new infrastructures, new offices, sanitary area etc … The camp was now turned into something new: a long-term humanity base. And as the people couldn’t move further anymore due to the deal, they were staying and living here.

First I felt strange experiencing this kind of “neighborhood atmosphere”, Kara Tepe was really feeling even like a Holliday camp kind of … Everyone was smiling, the kids were running and playing all over the place… Cinema screening and activities such as football and kindergarten were happening every day … You could not feel the stress and the pressure that we were experiencing last winter when the boats were still arriving every day. And it was strange not to feel this tension, not to expect the phone to ring at any moment to warn you that a boat was arriving. To not be in “emergency mode” was disturbing as you would feel everything was alright but though, the work was still crucial and of course, to not have boat arrivals didn’t mean we had nothing to do …

Between school, food distribution, close distribution, sorting and storing donations etc … Many things were still needed. We weren’t facing an emergency humanitarian crisis anymore but were running a long-term support for the thousand people stacked there.
Of course they couldn’t move, but still, they needed a place to live by the time they’re waiting. And our work was to make the life less difficult for everyone and to sustainably make them passing through the process of getting the asylum. So we were working every day … Little by little … Slowly but surely we were sustaining the effort.

Our tasks were basically the same than the last winter but they were taking a different form. The food distribution was for example driven by Sara. She was one of the most devoted person I ever met and she was doing everything she could for the people of the camp. Then she had the idea to change the process of the food distribution, and to make it easier for the refugees, she organized a daily door to door food distribution service.
And it was way better than just delivering the meal in front of a queue of starving people, it was way more exhausting of course, as we were carrying heavy food boxes all over the camp, but at the end, everyone was happier this way. We were getting to know our people better, they were glad we were going to them. And I think this was one of the things that was making the difference between our group and the other NGO in place.
We were going to them.

Also, the clothes distribution was not a mess anymore as we were delivering the goods based on a appointments schedule so that we would focus on fewer people every day but we would be able to respond to their needs more efficiently. One of my other task in the camp was to take over the French lessons in the school HSA was running. Indeed, African people were among the refugees and were also asking for education. Then I met their kids and started to teach them every day trying to cover the whole spectrum of the basic education. It’s weird to realize how useful your knowledge can be as little as it is.
I never expected to be a teacher but I discovered myself a new utility that could make a change in these people lives. And it’s funny to think that you could never be a teacher in France without at least a master or something similar while here, the little you know makes you running classes of writing, mathematics, geography etc …

And I was also driving unofficial French lessons for Arabic speakers, working hard to make it through Arabic, English and French. 

And for an entire month, while working hard to make the life in the camp sustainable, I discovered how the crisis changed and how the EU-Turkish deal had an impact on people life. I realized the difference between helping in an emergency situation and a long-term humanitarian support which is completely different but as important and crucial.

For an entire month, I realized we were not only helping the “refugees”: we were living with them. They were part of our lives, part of the people we were seeing all day long. They were friends. And it was tricky to keep the distinction clear as you were willing to spend some time with them, just enjoying spending good moments and to get closer to them … but you also had to keep in mind that you couldn’t get too close … you had to keep a gap and to stay neutral. They were still “refugees” and you were still “humanitarian volunteer” and that meant you had responsibilities towards them. 

This was a pain and a difficult thing to do. We were so close to them, doing so many things together, drawing, swimming, singing, gardening, learning, joking … well, basically all the good things you’re doing in the life with the people you love BUT you were not allowed to see them as your friends as for the NGO’s they were first “people in need” that we were helping.

I’d say that this situation made me question myself on how important was the human relation through a crisis like this. I asked myself if it was possible to help people with humanity. To help “your friends” passing through a critical situation and to be fair enough to be equal with everyone. 

I think it’s one of the most tricky things in the humanitarian work.

Chapitre XIV – Kara Tepe – Lesbos

J’étais en France, travaillant sur la première partie du documentaire (montage, voix-off, traduction etc …) tout en planifiant la deuxième partie du parcours (de ce projet qui maintenant était devenu bien plus que son but initial), regardant les différents endroits où j’irais etc . lorsque je reçu l’appel de Fred, de HSA me demandant de revenir ici à Kara Tepe, Lesbos pour continuer la documentation et le travail vidéo que j’avais commencé par l’hiver 2015.
Aussitôt que possible, j’ai réservé un vol et parti pour l’île.
D’une certaine manière, je savais que les choses étaient différentes là-bas maintenant que l’accord UE-Turquie était en place, mais je ne m’attendais pas à ce qu’elles le soient si drastiquement. Je suis arrivé à Lesbos quelques jours après l’appel de Fred; lui et David son venue me chercher à l’aéroport de Mytilini. Ils m’ont conduit directement au camp pour me montrer comment il avait évolué au cours des derniers mois. Tout d’abord, l’endroit m’a semblé le même, j’ai même rencontré de bons amis qui étaient déjà présents l’hiver dernier comme Sara, Shareen etc . mais bientôt j’ai compris combien tout avait changé: nouvelles infrastructures, nouveaux bureaux, nouvelles zones sanitaires, etc. …. Le camp avait été transformé en quelque chose de nouveau: une base humanitaire à long terme. Et comme les gens ne pouvaient plus bouger davantage en raison du nouveau deal, ils restaient et vivaient ici.

 

D’abord, je trouvais étonnante, cette sorte d’atmosphère de quartier; Kara Tepe faisait même penser (à première vue) a un genre de centre de vacances … Tout le monde était souriant, les enfants couraient et jouaient partout … Cinéma en plein air et activités telles que le football et la maternelle se produisaient chaque jour … Vous ne pouviez pas ressentir le stress et la pression que nous éprouvions l’hiver dernier lorsque les bateaux arrivaient tous les jours. Et c’était étrange de ne pas ressentir cette tension, de ne pas s’attendre à ce que le téléphone sonne à tout moment pour vous avertir qu’un bateau arrivait. Ne pas être en «mode d’urgence» était dérangeant car c’était comme si tout allait bien alors que le travail était encore crucial et, bien sûr, ne pas avoir d’arrivées de bateaux ne signifiait pas que nous n’avions rien à faire …
Entre l’école, la distribution rapprochée des aliments, le tri et le stockage des dons, etc. Beaucoup de choses étaient encore nécessaires. Nous n’Etions plus confrontés à une crise humanitaire d’urgence, mais nous soutenions à long terme les milliers de personnes qui étaient bloqués, cloitres dans le camp.
Bien sûr, ils ne pouvaient pas bouger, mais ils avaient toujours besoin d’un endroit pour vivre le temps d’obtenir leur statut de demandeur d’asile. Et notre travail était de rendre la vie moins difficile pour tout le monde et de les faire passer durablement et surement dans le processus d’obtention de l’asile. Nous travaillions tous les jours … petit à petit … Lentement, mais sûrement, nous soutenions l’effort.
Nos tâches étaient fondamentalement les mêmes que le dernier hiver, mais elles adoptaient une forme différente. La distribution alimentaire été conduite par Sara (l’une des personnes les plus dévouées que j’ai pu rencontrer le long de la route) et elle faisait tout ce qu’elle pouvait (littéralement, elle venait de donner un an de sa vie) pour les gens du camp. Pour eux, elle avait eu l’idée de changer le processus de distribution des aliments, et pour faciliter leurs vies, elle avait organisé un service quotidien de distribution de nourriture de porte à porte.
Et c’était bien mieux que de livrer le repas devant une file d’attente de personnes affamées; bien plus épuisant, bien sûr, car nous transportions de lourdes boîtes alimentaires partout dans le camp, mais à la fin, tout le monde était plus heureux de cette façon. Nous connaissions mieux les gens, ils étaient heureux. Et je pense que c’était l’une des choses qui faisaient la différence entre notre groupe et les autres ONG’s en place.
Nous allions à eux.
We were going to them.

 

En outre, la distribution des vêtements n’était plus le bordel que nous avions connu puisque nous livrions les marchandises en fonction d’un calendrier des rendez-vous afin de se concentrer sur moins de personnes chaque jour, mais d’être en mesure de répondre plus efficacement à leurs besoins.
Une de mes autres tâches dans le camp était de me charger des leçons de français dans l’école d’HSA. En effet, des Africains (Cameroun, Centrafrique, RDC) étaient parmi les réfugiés et demandaient également des études. J’ai rencontré leurs enfants et commencé à leur apprendre chaque jour à essayer de couvrir tout le spectre de l’éducation de base. C’est étrange de se rendre compte de l’utilité de votre connaissance (aussi mediocre soit-elle).
Je ne m’étais encore jamais attendu à être un enseignant, mais je me suis decouvert une nouvelle utilité qui pouvait changer, à son échelle, le mode de vie de ces personnes. C’est amusant de penser que jamais je n’aurais pu être professeur en France sans au moins un MASTER ou quelque chose de semblable, alors que le peu que je connaissais ici, me faisait mener des cours d’écriture, de mathématiques, de géographie, etc.
Et je donnais également des leçons de français hors classe pour les arabophones, travaillant dur pour faire ma soupe entre l’Arabe, l’Anglais et le Français.
Pendant plus d’un mois, tout en travaillant dur pour rendre la vie dans le camp meilleure et durable, j’ai découvert comment la crise avait changé et comment l’accord UE-Turquie avait impacté sur la vie des gens. Je me suis rendu compte de la différence entre aider dans une situation d’urgence et supporter un travail humanitaire à long terme: deux choses complètement différentes, mais aussi importante et cruciale.


Pendant un mois entier, j’ai compris qu’il n’était plus seulement question d’aider les «réfugiés»: nous vivions avec eux. Ils faisaient partie de nos vies, une partie des gens que nous voyions toute la journée. C’étaient nos amis et, il était délicat de garder une distinction claire car vous étiez disposé à passer du temps avec eux, tout simplement en profitant de bons moments, à vous rapprocher d’eux … mais vous deviez garder à l’esprit que vous ne pouviez pas être trop proche … garder un ” espace ” et rester neutre. Ils étaient encore «réfugiés» et vous étiez toujours «volontaire humanitaire» et cela signifiait que vous aviez des responsabilités à leur égard.

C’était douloureux parfois et souvent, une chose difficile à faire. Nous étions tellement proches d’eux, faisions tant de choses ensemble, dessiner, nager, chanter, jardiner, apprendre, blaguer … bref, toutes les bonnes choses qu’on fait dans la vie avec les gens qu’on aime, a la différence qu’ici, vous n’étiez pas autorisé à les considérer- comme vos amis: pour les ONG, ils étaient d’abord des «personnes dans le besoin» que nous devions aider.

Je dirais que cette situation m’a permis de me questionner sur l’importance de la relation humaine lors d’une crise comme celle-ci. Ça m’a fait me demander s’il était possible d’aider les gens avec humanité sans perdre notre efficacité. Pour aider «vos amis» à traverser une situation critique, d’être juste et équitable à tous. Peut-on aider une personne qu’on aime comme on aide le dernier des connards?

Je pense que c’est l’une des choses les plus difficiles dans le travail humanitaire.

Chapter XII – Valence – France

After roughly 8 months on the roads through the different countries related to the migration crisis, I finally end up going back to France. Being back to the safety and the “civilization” as we used to see it…
But something changed, and I wasn’t really the same than I was before.

First, I had to go back because of conferences and workshops I needed to run in High Schools around Valence in the Drome region. I had never though I was about to tell my story and to talk about what I was doing this way. Basically, it wasn’t the goal of my project and I was more inclined to DO things instead of talking about, but I also realized it was an important thing to do specifically with students who were in the age of thinking by themselves and building the world of tomorrow.

20160407_200416
And to interact with them made me realized how much they all wanted to help but how lost they were regarding the practical ways to actually do it (exactly like me when I first leave to start the project). I was amazed by the faith they had in the future, but at the meantime the sadness and the weakness they were feeling regarding their own capacity to make a change.

20160407_215800

20160407_201326With Elodie, Cecile and few other good and active people of the region, we ran a couple of these conferences to raise awareness across the students and it was so successful that we start building a long term collaboration to continue to have a link with the school and to run this interaction for the year to come.
And I’m thankful to them, as they all helped me realized that, more than experiencing the crisis in the field and making relevant things on the ground, it was also crucial to share these experiences with the ones that, tomorrow, would be the citizen of the world.

Chapitre XII – Valence – France

Après environ 8 mois sur les routes à travers les différents pays liés à la crise migratoire, j’ai fini par revenir en France. Retrouvant la sécurité et à la «civilisation» comme nous la imaginions …

Mais quelque chose avait changé, et je n’étais pas vraiment le même qu’avant.

Tout d’abord, je devais rentrer au pays en raison de conférences et d’ateliers que je devais mener dans des lycées autour de Valence dans la région de la Drôme. Je n’avais jamais imaginé que j’étais sur le point de raconter mon histoire et de parler de ce que je faisais de cette façon. Fondamentalement, ce n’était pas l’objectif de mon projet et j’étais plus enclin à “faire” des choses concrètes plutôt que d’en parler, mais je me suis également rendu compte que c’était une démarche importante à faire spécifiquement avec les étudiants qui étaient à l’âge de penser par eux-mêmes et de construire le Monde de demain.

20160407_200416

Et d’interagir avec eux me fit me rendre compte qu’ils voulaient tous aider, mais qu’ils leur manquaient les informations et la pratique pour le faire (exactement comme moi lorsque je suis partis pour commencer le projet). J’étais émerveillée par la foi qu’ils avaient dans l’avenir, mais en même temps, par la tristesse et la faiblesse qu’ils éprouvaient à propos de leur propre capacité à changer les choses.

20160407_215800

20160407_201326

Avec Élodie, Cecile et quelques autres personnes fondamentalement bonnes et actives de la région, nous avons organisé quelques-unes de ces conférences pour sensibiliser les étudiants et devant le retour des jeunes, devant l’intérêt et la demande générale, nous avons choisi de lancer une collaboration à long terme pour continuer à avoir un lien entre ce projet et l’école pour exécuter cette interaction pour l’année à venir.
Et je les remercie, car ils m’ont tous aidé à constater que, plus que l’expérience de la crise sur le terrain est la réalisation de choses qui, certes ne meraitaient aucun discours ou quoique se soit de plus … il était également crucial de partager ces expériences avec ceux qui, demain, seraient les citoyen du monde.

 

Chapitre XI – Sid – Serbie

Sid.

Nous avons quitté Belgrade avec une autre volontaire pour nous rendre à la frontière serbo-croate à proximité de la petite ville de Sid. Après un trajet de 2 heures, nous sommes arrivés à l’endroit où nous avons été accueillis par Aleksandra, responsable du groupe humanitaire de la “Tchèque-team” de l’ONG “People In Need”.

 

exile (418 of 500)

J’avais rencontré Aleksandra une semaine plus tôt dans une réunion à Belgrade concernant la situation des réfugiés à la frontière et j’étais désireux d’en savoir plus sur leurs conditions là-bas maintenant que ces frontières étaient fermées … D’une certaine manière, je m’attendais à ce que la situation soit pire que cela, plus chaotique …

Aleksandra m’a raconté les détails des conditions humanitaires des réfugiés durant les dernières semaines. Ils me semblaient avoir reçu un bon traitement. Sur les camps qui restaient dans Sid, nous opérions à Adasid, un motel et un garage près d’une station-service sur la route E70 menant à Zagreb et à Presovat qui était un ancien hôpital construit près de la forêt qui a été transformé en un lieu pour les réfugiés maintenant coincés là.

Maintenant que la frontière était fermée, personne ne pouvait plus aller de l’avant … Tous les migrants étaient bloqués là sans savoir quoi faire, où aller, quand partir etc. Ce qui m’aurait rendu extrêmement inquiet. Pourtant jusqu’à présent, ils semblaient bien s’acclimater à cette situation délicate et je les trouvais plus relax et calmes que prévu. Le fait qu’ils restent dans des bâtiments appropriés et approximattivement propre devait les aider à ne pas devenir fous et à essayer quelque chose de bête. Pourtant, nous pouvions voir des taxis aller et venir pendant la journée, ce qui signifiait que, même avec les frontières fermées, les gens continuaient à traverser, en utilisant des passeurs et les trafficants au lieu de la voie officielle.

Les camps étaient moins peuplés jour après jour … Les gens s’en allaient.

Seules les grandes familles restaient là, bloquées … Ne pouvant progresser davantage en raison des enfants ou du manque d’argent. Cela ne signifiait pas pour autant que nous n’ayons rien à faire, loin de la … En fait, c’était même le contraire, alors que les gens dans l’organisation étaient sur le point de quitter l’endroit. Nous avions besoin de jouer avec les enfants tous les jours. Nous devions régler les différents problèmes des familles, etc. Supprimer et nettoyer tous les aires de stockage (que l’organisation utilisait depuis 5 mois) afin d’envoyer les vêtements et les dons à Idomeni où ils étaient plus nécessaires.

Les derniers jours à la frontière ont été étranges et tristes, car je savais que j’allais retourner en Europe de l’Ouest, en France … Et j’avais tout, sauf envie de perdre mon but, revenir au confort, au moderne et soi-disant “monde civilisé” … Et je ne voulais pas … Je ne pouvais plus faire face à l’ignorance, après avoir connu le désordre que mes pays répandaient autour d’eux …

Je me sentais mourir en passant, à rebours, les frontières … sans aucun problème “moi”… En retournant triste et déprimé vers l’Europe, toutes les personnes que j’ai rencontrées et aidées étaient avec moi mais ne pouvaient traverser …
Situation ironique ….

DCIM100GOPROG0044194.

Chapter X – Belgrade – Serbie

Belgrade

Repasser à nouveau la frontière macédonienne serbe fut un défi, j’ai été en difficulté tous les derniers passages que j’ai accomplis à travers les check-points … Être incité à payer des backshishs pour les Serbes, être contrôlé pendant des heures sous prétexte de présomption de trafic de drogue, de traite ou trafic d’humains, etc. …. être volés par la police de la frontière macédonienne … bien … Honnêtement, je n’étais pas à l’aise de passer à nouveau le point de contrôle Tabanovce-Presevo … Mais, de façon surprenante, cela s’est bien passé et mon chemin vers Belgrade a été l’un des plus directs.

Après avoir traversé le pays en une nuit, après un court sommeil dans une station-service, je suis finalement arrivé à l’ancienne capitale yougoslave. Trouver le camp miksaliste a été plus facile que prévu et pour la première fois, j’arrivais sur la place à ma première tentative. Ensuite, après une introduction rapide à l’équipe de coordination, j’ai commencé le travail de suite.

 

exile (395 of 500)Miksaliste est une ancienne salle de concerts utilisés pour les festivals d’été dans le quartier des quais de Belgrade où se basait la majeure partie de la vie culturelle de la ville. De nos jours, le gouvernement Serbe reconstruit le quai d’une manière totalement différente, avec des auberges de jeunesse “hype”, des hôtels de luxe et tout une gamme de merdes excessivement chères … exile (394 of 500)Le camp est placé directement au milieu de cette zone sur un espace carré qui pourrait recevoir environ mille personnes.

Les concerts ont été supprimées et l’infrastructure du lieu est utilisée pour l’aide. exile (393 of 500)Les étagères de stockage, les conteneurs qui étaient censées accueillir des artistes étaient maintenant utilisés comme des douches, des toilettes, etc. qui servaient à recevoir les personnes dans les besoins.

exile (400 of 500)

Au final, les Serbes, au vu de leurs moyens et de la situation catastrophique de l’été 2015, avaient réussi à gérer la crise avec beaucoup d’efficacité.exile (406 of 500)

exile (386 of 500)Pendant les derniers mois, je me suis habituée à ce travail, en préparant du thé, du café, du tri, de la nourriture, etc . «seuls l’endroit et les gens changent, le travail est toujours le même …» exile (385 of 500)En disant cela, je me rendais compte de ce que j’avais fait pendant les 7 derniers mois, et j’étais en quelque sortes prêtes à faire face à tout type de situation. exile (387 of 500)Ensuite, même si le travail était encore difficile, même s’il était toujours troublant et pénible de voir ces personnes qui luttent pour survivre, j’étais maintenant confiant pour gérer l’ensemble de ce processus d’aide. exile (397 of 500)exile (384 of 500)Et je dirais que le bénévolat dans le camp de miksaliste a été l’une des parties les plus faciles du voyage.

 

exile (401 of 500)C’est peut-être venu des gens qui m’entourent, une ribambelle de Serbes et d’autres volontaires internationaux qui se sont autant impliqués que moi, un paquet de volontaires venus des quatre coins du globe.

 

 

exile (405 of 500)Nous travaillions tous ensemble tous les jours et passions la majeure partie de notre soirée à siroter et à parler au café mikser ou au KC Grad Club. D’une certaine manière, nous Étions tous sur la même longueur d’onde, tous énervés par les horribles nouvelles de la fin des routes des Balkans, tous essayant de comprendre quelle était la meilleure façon d’aider … exile (396 of 500)Finalement, je pense que la ville a joué un grand rôle dans mon expérience car il y avait toujours quelque chose à faire, toujours quelqu’un à rencontrer et j’ai même trouvé le temps de m’amuser à faire quelque chose qui n’est pas lié à la crise …
Je me suis fait de bons amis, j’ai travaillé dur et j’ai trouvé de vraies personnes, de bonnes personnes qui ont partagé leurs expériences, nos passions communes venant créer une force plus grande qui espérons-le, nous ferait surmonter les choses.

exile (407 of 500)

exile (410 of 500)

Et même si la route des Balkans était «officiellement fermée», rien n’a vraiment changé et nous voyions des personnes arrivant d’Afghanistan, d’Irak, d’Afrique du Nord, etc. tous les jours.exile (409 of 500)

exile (412 of 500)J’ai même découvert que la ville était le point d’arrivée de nombreux autres réfugiés et demandeurs d’asile tels que bosniaques, Kosovars, albanais … (Les populations qui souffrent encore de la chute de la Yougoslavie et de la guerre des Balkans des 90″), exile (411 of 500)mais aussi Ukrainien, Russe, les Iraniens et d’autres personnes qui fuyaient le gouvernement de leur pays pour une quelconque raison, plus souvent en raison du manque de droits de l’homme, de conflits religieux et sociaux ….

 

Chaque jour, au moins 30 à 40 nouveaux arrivants s’entassaient dans l’afghani parc”, le premier espace devant la gare routière et ferroviaire de la capitale. Ensuite, ils arrivaient à miksaliste. Et chaque soir, on pouvait apercevoir ces mêmes personnes dormantes dehors dans le parc ou dans les rues. Ils étaient ravis que le temps devienne plus chaud, même s’il faisait encore froid … et que les choses ne s’arrangeraient pas avec la météo…

Chapitre IX – Dimitrov Grad – Serbie

Dimitrovgrad, Serbie

C’est le moyen le plus simple … La sortie la plus proche de l’enfer Bulgare situé à 40 km à l’est de Sofia, aux frontières serbes. La petite ville de Dimitrovgrad est le premier endroit où les réfugiés s’échouent après avoir traversé illégalement la frontière bulgare pour entrer en Serbie. Plus village que ville, l’endroit est installé dans une vallée, entouré de collines et de montagnes. La seule spécificité de la ville était sa gare et sa station de police qui a fait de l’endroit, le premier point de contrôle, le premier «camp» en Serbie.

exile (439 of 500)

Les réfugiés venaient à Dimitrovgrad, la plupart à pied, mais certains d’entre eux arrivaient par des taxis (aidés à atteindre Dimitrovgrad via un restaurateur local qui a été le premier à être en contact avec eux après leur traversée forestière.) Étonnamment, l’homme avait passé dix ans à travailler en Libye et pouvait parler l’arabe, ce qui le rendait très utile pour les migrants. Et il laissait les voyageurs faibles et épuisés se reposer dans son restaurant et manger quelque chose avant de partir pour Dimitrovgrad.

 

 

Et bien sûr, il était en difficulté avec la police … Il m’a raconté son histoire dans le langage corporel universel : «police» «mauvais» «troubles» … Pas besoin de plus d’explications, je savais de quelle histoire il s’agissait et, d’une certaine manière, cela m’a rendu triste de réaliser à nouveau qu’on commence toujours à être en difficulté une fois qu’on commence à aider et à être humain …

 

 

Et nous avons été confronté à de nombreuses reprises à des accusations de trafic d’êtres humains alors que nous conduisions des réfugiés du camp à la gare ou du centre-ville au camp etc . J’ai compris et vraiment pris la responsabilité de mes actes et je discutais avec beaucoup d’autres bénévoles à ce sujet … Pour certains, c’était vraiment irresponsable et risqué et je le comprenais aussi … En tant que membre d’une ONG, vous ne pouviez pas faire tout ce que vous vouliez, car l’organisation était en quelque sorte responsable de vos actions, de sorte que des actes inconsidérés pouvaient mettre toute l’affaire en difficulté. Mais en prenant cette responsabilité par nous-mêmes, nous assumions d’agir en tant qu’individu et non comme membre d’une organisation, car parfois il vaut mieux faire les choses par soi-même.

Et ici, à Dimitrovgrad, les autorités étaient plus fortes, moins faciles que les autres endroits où je travaillais.

exile (463 of 500)

Le point de contrôle était mené par la police et les ONG n’étaient pas autorisées à entrer dans le camp … Quelques-unes (toujours les plus grosses avec plus d’argent) ont été autorisés à fonctionner autour du poste de police, ou le camp précaire et la zone d’enregistrement ont été installés. Les autres groupes comme Praxis, le Conseil des réfugiés danois, Info Park où I’m Human Organisation (dont je faisais partie) ont dû attendre et fonctionner en dehors de l’endroit … Nous étions debout sur les clôtures, en regardant ces personnes être vérifiées, estampillées, enregistrées, envoyées au camp et renvoyées en Bulgarie ou autorisées à continuer… et tout cela se passait devant nous … sans que nous ne puissions rien faire. La plupart du temps, nous attendions que les réfugiés viennent nous rencontrer à la porte (s’ils y été permis) afin de connaître leurs besoins, leur histoire, etc…

 

 

Nous leur apportions les produits demandés, tels que les vêtements, les médicaments, les aliments, etc. … en travaillant de manière étroite et efficace avec les gars de l’organisation Praxis.

 

 

Au moment où je rencontrais i’m Human Organisation pour la première fois, ils fonctionnaient encore à l’extérieur du camp, installés dans une petite camionnette comme la mienne qui était réorganisée en petit conteneur de dons. C’était inhumain de travailler de la sorte avec ce climat merdique à Dimitrovgrad … jours pluvieux, vent froid et nuit gelée … Mais, lorsque je suis arrivé e tant que bénévole avec eux une semaine après, Tarek (le chef des opérations est fondateur de l’organisation) ait réussi à apporter un conteneur digne de ce nom et à mettre en place un espace de stockage efficace, une zone de collecte et tout le nécessaire pour l’organisation.

 

 

Et l’ONG avait également un groupe de bénévoles impliqué … Le siège de l’ONG était une maison près de la gare de Dimitrovgrad où les bénévoles pouvaient se rassembler, manger et se reposer. Au moment où je travaillais là-bas, nous étions 8 volontaires, venant de Bosnie, Hongrie, Argentine, Pologne, Italie, Allemagne, Serbie … et en France. Comme je ne voulais pas les déranger avec la question du logement j’ai passé tout le temps à dormir dans la fourgonnette comme j’en avais l’habitude. Je pourrais dire maintenant que je peux m’habituer à tout type de situation précaire et à dormir presque dans toutes les conditions, presque partout … et c’était rude parfois car les températures étaient assez faibles la nuit et le temps était merdique a souhait … Je passais de complètement mouille à complètement gelé. Certains “shifts” du matin étaient si froids que vous pouviez à peine bouger les doigts ou ressentir vos pieds.

 

 

Pourtant, nous nous occupions et nous poursuivions, en conseillant les réfugiés, les accompagnant tout au long de leur processus, depuis l’arrivée du camp jusqu’au départ de la gare pour ceux qui pouvaient passer par la Serbie et continuer leur voyage.

 

 

Le train de Dimitrovgrad allait à Belgrade, en passant par Nis et était un train de 9 heures qui coûtait cher aux réfugiés (pour ceux qui pouvaient se le permettre.) Si aucun train ne partait, les réfugiés «autorisés» à aller de l’avant pouvaient prendre le bus qui coûtait encore plus cher. Mais de toute façon, soit en train soit en bus … de moins en moins de réfugiés étaient autorisés à continuer … Quelques-uns (seuls des Syriens et des Irakiens) continuaient à traverser en toute sécurité …

Les autres, les Afghans, les Pakistanais, les Marocains, les Iraniens, etc. été renvoyé immédiatement en Bulgarie.

Et la situation s’aggravait, et même si nous essayions vraiment de les aider à passer, nous ne pouvions voir aucune amélioration … aucun espoir qu’ils atteignent leur objectif. Et je me sentais mal de ne pas leur dire que les choses allaient s’améliorer … de ne pas pouvoir mentir ….

 

 

Nous étions aussi perdus qu’eux, nous ne pouvions leur dire ce qui se passait, leur donner des informations sur l’évolution des choses car tout était également flou pour nous. Et j’ai quitté la ville avec peu d’espoirs, mais toujours, en allant à l’étape suivante de mon voyage; Le tournage de la vidéo musicale pour le groupe macédonien Khara qui composait également la bande sonore de ce documentaire, puis Belgrade, la capitale de la Serbie.

Chapter VIII – De Turquie à Bulgarie

Göreme

J’ai quitté Gaziantep un dimanche matin pour me diriger vers Göreme sur ma trajectoire en direction d’Istanbul.
Sophie, Angélique, Sabina, Ayshegul et d’autres amis de Turquie m’ont déjà parlé de l’endroit et fortement conseillé de m’y arrêter ne serait-ce qu’une matinée. Effectivement … Une matinée perdue dans les paysages splendides de la Capadoque vaut tous les trésors du monde … Ces maisons centenaires construites dans les roches, ces grottes et ces montagnes volcaniques m’ont fait tenir debout sur une autre planète, en quelque sorte perdu entre une scène de la guerre des étoiles et d’un film documentaire sur la conquête martienne.

Et les montgolfières volaient à l’aube … Comme d’habitude, après les premiers rayons verts, les ballons montaient et se perdaient dans le ciel tandis que moi, je me laissais errer dans les vieux villages rocheux.
Il semble que l’endroit ait été gelé dans le temps, piégé dans la roche comme une sculpture figée. Une pièce maîtresse de l’art de la terre … Une œuvre mixte de la nature et de l’humanité qui reste … Immobile, fragile et belle.

Istanbul

Je suis arrivé à la ville millénaire assez tard après un long trajet …
La ville et son agglomération doivent couvrir 20 km au moins et j’ai dû conduire pendant 2 heures avant d’atteindre enfin le centre-ville d’Istanbul. Lumières blafardes et flashs fluorescents, mosquées et bâtiments centenaires scotchés sur l’horizon sombre, créant un filigrane cubique dans le ciel … Comme une nouvelle voie lactée bruyante et criarde.

Une galaxie était installée ici pour faire briller et glorifier le monde musulman …
Tous ces monuments, mosquées, églises et châteaux se trouvent ici, dispersés dans la ville millénaire comme un rappel du passé. Une preuve de l’ancien passage de toutes les civilisations qui ont Regis la région à partir de ce point spécifique.
Et la ville est vieille … D’une certaine manière, j’ai ressenti moins de liberté que je l’ai vécue à Izmir où les autres villes plus “moderne” en Turquie et je comprends pourquoi Atatürk a changé de capitale officielle lorsqu’il est venu réorganiser le pays au XXe siècle: Istanbul est trop ancienne, la ville a un passé trop vaste et une histoire trop lourde qui l’empêche d’avancer efficacement.

C’est un peu comme si toutes les civilisations, souvenirs et traditions, s’étaient cristallisées sur chaque carré, chaque parc, chaque bâtiment et rue, et il serait fou de vouloir transformer ces vestiges encore une fois …
Et on peut sentir que l’esprit est différent des villes occidentales du pays … La religion est beaucoup plus impliquée dans tous les aspects de la vie quotidienne. Et la reconnaissance (différenciation) des étrangers sont de fait, plus palpable. Bien que je n’eusse pas été opprimé et que je pouvais parcourir la ville autant que je le voulais, je sentais le poids des regards sur moi ….

Kan, un bénévole d’Izmir m’a accueilli pendant un moment, il m’a montré les lieux et les organisations qui pourraient m’aider à propos de mon projet. J’ai été un peu surpris quand j’ai vu si peu d’accueil de leur côté, si peu de compréhension que les autres ONG ou groupes avec lesquels j’ai travaillé. Ils n’étaient pas grossiers ou quoique se soit, mais je ne les intéressais pas du tout et j’ai eu l’impression de perdre mon temps … Peut-être qu’ils étaient trop occupés à faire face aux réfugiés dans la ville … Peut-être qu’ils ont tout simplement trop de pression administrative ou que sais-je … Mon sentiment était juste un peu froid.
Pourtant, j’aimerais revenir là-bas pour aider et enseigner dans ces écoles pour réfugiés comme je le faisais à Gaziantep.

Polaroid CUBE

Bulgarie

J’ai traversé la frontière tôt le matin … Je ressentais une tension en Turquie… Ici aussi, mais pas la même … D’une façon ou d’une autre, rien ne s’est passé lorsque j’ai traversé la frontière. Je m’attendais à d’interminables problèmes comme d’habitude, mais rien … Je sentis l’indescriptible un peu après, alors que je traversais la campagne déserte près de la frontière … Les voitures de police patrouillant tranquillement, des clôtures dispersées ici et là mais pas de migrants … Personne …
J’ai senti le pouvoir muet de la désinformation et de la pression qui mentaient sur ces terres: c’était comme si rien ne se passait.
Absolument rien, comme si le gouvernement voulait que les gens pensent que rien ne se passait, mais je pouvais presque entendre les bottes craquer sur les branches dans les forêts … Je pouvais presque voir les abris cachés abandonnés où les migrants «illégaux» passaient quelques moments de soulagement avant de marcher à nouveau.

exile (375 of 500)

Restez silencieux … Continuez à marcher … Évitez la police… Continuez à bouger … Lentement, doucement ne pas être vu et attrapé.
J’ai parcouru le pays en passant par la ville d’Harmanli où l’un des seuls camps de réfugiés était censé être … Je cherchais … En vain … Encore rien … Ensuite, je suis allé à la capitale, Sofia, où je pensais trouver des informations sur la situation du pays.
Tzvetko, un coordinateur humanitaire dans le pays, m’accueillit chez lui, à son deuxième appartement qui lui servait de lieu de stockage pour ses dons.

Polaroid CUBE

Tzvetko était un homme occupé.
D’une façon ou d’une autre, il connaissait toute la situation des réfugiés dans le pays. Et il était clair que je ne pouvais rien faire pour aider (car je devais demander des autorisations aux autorités gouvernementales et passer au travers de trop nombreux processus douloureux et ennuyeux). Néanmoins, il m’a donné beaucoup d’informations pour que je puisse comprendre la situation dans la ville. Je suis allé à Ovcha Kupel et Neuva Rampa, deux endroits à Sofia, où les migrants ete tenus de rester, isolés, à la limite de l’emprisonnement, le temps pour le pays de comprendre ce qu’il fallait faire avec eux.
Ces «camps» qui ressemblent davantage à des prisons …

 

Les bâtiments s’effondraient, les structures étaient vieilles et rouillées, les fenêtres n’étaient plus … Et je n’étais pas surpris quand j’ai entendu que les lieux étaient plein à craquer … Au moins, semblait-il que les réfugiés étaient traités avec plus d’humanité, moins de colère qu’ils ne l’avaient été aux commissariats de police.
J’ai rencontré deux d’entre eux et nous avons discuté ensemble pendant un certain temps. Comme je m’en doutais, la plupart d’entre eux avaient été battus par les flics, poursuivis dans les forêts par des patrouilles, etc. Certains d’entre eux avaient été capturés par villageois et envoyés à la police après avoir été volés … J’ai même entendu parler de certains Bulgares lançant des safaris dans les forêts pour chasser les migrants … Le plus terrible était le fait qu’ils étaient fiers de leurs atrocités et publiaient des photos sur les réseaux sociaux, etc.

Polaroid CUBE

Et encore plus terrifiant … Il me semblait que les gens en étaient heureux et fiers …

Il était logique que tous les réfugiés à Sofia voulussent partir … Soit en Serbie, soit en Roumanie, soit en Turquie … N’importe où ailleurs que la Bulgarie.

Chapitre VII – Gaziantep – Turquie

Le trajet entre Izmir et Gaziantep me demanda 2 jours de conduite et je passai par la côte, traversai les villes d’Antalya et de Mersin ou d’autres camps étaient installés … Je traversai des montagnes rocheuses, des plages aux végétations luxuriantes, perdues sur les routes côtières qui suivent la courbe des terres qui tombent dans la mer Égée ….

Je dormais par coups de siestes de 3 heures, pour continuer à bouger et ne pas perdre le rythme … La Turquie est un pays énorme … et de le traverser me demanda de longues heures de conduite …

exile (311 of 500)

Je suis arrivé à l’école à Gaziantep en fin de soirée … J’étais séché, crevé et puant: la seule chose à laquelle j’avais besoin été d’une douche et d’un lit. Je m’écroulai après ma rencontre avec Sabina, la fondatrice de l’école de la paix, le “Salam” School.


Sabina avait 35 ans et une montagne d’énergie à revendre … Ce qu’elle a essentiellement fait, c’était de louer un appartement ici pour accueillir des amis Syriens fuyant la guerre, puis, lorsqu’ils se rendirent compte qu’ils avaient ensemble la possibilité de partager leurs connaissances et de répandre leur bonté dans le quartier, ils commencèrent l’incroyable défi de construire une école des réfugiés par eux-mêmes.

exile (342 of 500)

Un projet comme celui-ci, c’était complètement fou et je ne sais pas comment Sabina faisait pour dormir, elle avait tellement de choses à penser:

– planifier les leçons de la semaine avec les différents professeurs à travers les différents étages de l’école (qui étaient ni plus ni moins les appartements du 1er, 2ème et 3ème étages du bâtiment, ré-investis en salles de classes). Chaque professeur de la “Salam” School avait des leçons différentes à enseigner au différents niveaux des étudiants, mais finalement, la plupart d’entre eux se retrouvaient à faire classe aux 150 enfants tout au long de la semaine.

– S’occuper des enfants et de leurs besoins en fonction de leur âge, de leurs classes, de leurs familles, de leur milieu social, etc. …. ce n’était pas une chose facile, la situation était complètement différente en fonction des familles et l’équipe de l’école suivait l’amélioration des étudiants et de leurs familles sur le long terme, c’était un travail tout aussi important que l’éducation des enfants. S’assurer que les élèves soient dans de bonnes conditions pour s’améliorer (rendre leur vie à la maison meilleure, faire face parfois à leurs problèmes familiaux, veiller à ce que leurs parents soient stables, etc.) était quelque chose d’important car le but de l’école était de permettre à ces enfants de devenir éduques et intelligents pour améliorer leur vie sur le long terme.

– Outre le travail de base de préparation des leçons, d’organisation des cours, etc . Nous devions nous assurer que la vie de l’école se déroule bien: Quelque chose d’incroyablement long et énergivore car il fallait s’occuper de tous les aspects de la vie scolaire: des fournitures alimentaires aux meubles de l’école, en payant le loyer pour les trois appartements, le paiement des enseignants et la résolution de leurs problèmes s’ils en avaient (ils étaient eux aussi des réfugiés), trouver de l’argent pour rendre l’école durable …

Et plus que ces tâches quotidiennes, des choses plus spécifiques que vous ne pourriez pas prédire se passaient … comme aller rencontrer de nouvelles familles, faire des profils de nouveaux enfants arrivant à l’école, de dire au revoir à ceux qui décidaient de partir en Europe avec leur famille, etc. et personnellement, passer une semaine à l’école et voir tout le travail qui devait être fait sur une base quotidienne était éprouvant … Je ne pourrais pas faire ça par moi-même.

exile (301 of 500)

Mais il semble que Sabina ait l’habitue de cela, et je n’ai jamais rencontré une personne si calme, généreuse et douce, compte tenu de la quantité de questions et de tâches stressantes auxquelles elle était confrontée chaque jour.

Bien sûr, elle était entourée par l’équipe scolaire, Akran et sa famille, Éva, Laure, Shareen et tous les autres enseignants. La plupart d’entre eux vivaient dans le bâtiment dans les appartements (salles de classe qu’ils occupaient la nuit après les cours) car ils n’avaient pas d’autre endroit où aller. Ainsi, de construire et réparer la vie de ces enfants et familles, et, comme chacun vivait au même endroit, l’école de la paix était plus une grande famille qu’une école.

Bien sûr, nous avions tous notre petit espace de repos et notre bulle privée (les différences culturelles entre nous étaient fortes et je pense que la vie privée permettait de faire face à ces différences et de travailler ensemble en harmonie …)

Et j’ai aimé faire partie de cette communauté, de ce groupe de personnes magnifiques, d’amis et de frères, soeurs, épouses et enfants … C’était comme découvrir une partie de votre propre personne que vous n’aviez jamais rencontrée auparavant …

Et je pense que je n’aurais pas pu rester à Gaziantep sans leur soutien … La ville était trop intense … C’est la dernière grande agglomération avant la Syrie et, bien que, encore en Turquie, je me sentais sous pression tout le temps. La guerre se passait ici aussi …

Dans le quartier, il n’était pas rare d’entendre des coups de feu. Les gens criaient, discutaient, se battaient, etc. …. C’était une partie de la vie quotidienne et vous deviez faire avec … Vous deviez faire face à la tension … La peur d’être volé, battu ou pire … l’incertitude était aussi présente que la fumée âpre dans l’air.

Et vous pouviez sentir la pression et la présence de la guerre ici … “ils” étaient tout autour de nous, autour du quartier et de la ville, sans aucune preuve tangible de leur présence … mais nous savions qu’ils étaient là, comme des fantômes qui font leurs affaires … Tranquillement, doucement mais aussi sûrement que la prison gouvernementale dans laquelle on “les” enfermait, se tenait en face de l’école.

Et vous pouviez remarquer que la moitié des gens que vous traversez dans les rues étaient des Syrien. Ils étaient partout … Travaillant, demandant de l’aide dans les rues, vendant des cigarettes, des mouchoirs … Vivre là-bas en tant que réfugié était une lutte … De nombreuses familles ne pouvaient pas perdre leur temps dans l’éducation de leurs enfants, ils devaient travailler …

Beaucoup d’enfants avec qui j’ai parlé à l’école, travaillaient après les cours ou avaient quittes leur travail pour se concentrer sur leurs études … Et la plupart d’entre eux n’avaient pas plus de 9 ans …

Travailler 10 ou 12 heures par jour pour gagner juste assez d’argent pour survivre … Un garçon de 6 ans ne devrait pas avoir à détruire sa santé dans la fumée des entreprises et des magasins pour pouvoir grandir.

Je ne pouvais pas comprendre comment les patrons de ces magasins pouvaient dormir la nuit en employant ces enfants et en les trompant, tirant profits de leurs difficultés.

Pourtant, bien que connaissant les faits … Nous, à l’école, ne pouvions pas trop intervenir et être trop présents chez ces personnes, même si nous le voulions …

Premièrement, nous n’étions pas autorisés, deuxièmement, nous ne pouvions pas supporter tous leurs problèmes …

exile (338 of 500)

L’école était principalement destinée à leur donner une l’éducation et à permettre à ces enfants d’améliorer leur vie par eux-mêmes.

Chaptitre VI – Izmir – Turquie

Premier jour à Izmir, Turquie.

Premier jour hors de l’Europe.

Après avoir traversé la frontière avec difficulté (les gardes turcs ont décidé de m’emmerder avec les papiers et documents administratifs) je conduisais 200km plus au sud, pour arriver dans la ville brumeuse.

Izmir a une population de 3 millions d’habitants, elle immensément plus grande que tout ce que j’ai vu jusqu’à aujourd’hui, je vivais surtout dans de petits endroits, les camps étant principallement localisés dans des petites villes et villages frontaliers.

Là, les choses sont complètement différentes.

Sophie, une expatriée française m’a chaleureusement accueillie dans son appartement, basée dans les quartiers sur les collines entourant la ville.
Directement, j’ai rencontré Felipe, un codeur brésilien, et Hassan, un jeune Syrien impliqué dans l’aide aux réfugiés d’Izmir. Nous avons passé la soirée ensemble, planifiant ce que nous allions faire le lendemain.

 
J’avais besoin de dormir après Lesbos … Le soir, après notre première rencontre, je m’écroulai aussi profondément qu’un mort.

Polaroid CUBE

Le lendemain matin était calme, ensoleillé et revitalisant …
L’appartement de Sophie était le plus haut de son immeuble et offrait un panorama incroyable. Après un bref tour de la ville turque en compagnie de Sophie, je me sentais déjà mieux que la veille.

Nous allâmes ensuite au centre-ville en traversant la jetée du port … Passant les foules, les marchés turcs colorés et bruyants, appréciant les senteurs de la culture, les sons des traditions et la musique de la vie ….

Je me sentai étonnamment accablé par la paix, inconscient de tout, me sentant déplacé, et à la fois heureux … Quelque chose que je n’arrivais pas à m’expliquer clairement.

exile (249 of 500)

Ensuite, nous avons rencontré Felipe, Hassan et d’autres personnes dans un café pour commencer nos actions de la journée. Jusqu’à présent, dans les camps, c’était les réfugiés qui venaient à nous … Ici, la situation était radicalement différente … c’était nous qui allions à la rencontre des syriens directement chez eux.

exile (227 of 500)

 
En Turquie, les familles syriennes pouvaient rester longtemps … D’une manière ou d’une autre, traverser la mer était si cher que beaucoup étaient coincé ici depuis des années, essayant de gagner de l’argent pour payer les contrebandiers … Mais gagnant à peine pour soutenir leur propre famille.
Et nous en avons rencontré qui vivaient dans la ruine depuis des années … N’ayant rien … Désespéré, mourant aussi lentement que le bâtiment dévasté dans lequel ils survivaient.

Encore une fois, tout était différent …

Différent de la Croatie, de la Macédoine, de la Grèce. Ici, nous n’essayions pas d’aider des milliers de réfugiés à se remettre et à traverser d’un camp à un autre … Nous ne les sauvions pas d’un voyage terrible, humide, épuisant … Nous ne pouvions pas aider autant de gens, rien que de les trouver prenait du temps. Ils étaient dispersés partout.

Nos tâches étaient de trouver les familles, de parler avec eux pour connaître leurs besoins, leur plan pour l’avenir, vérifier leur condition de vie, l’hygiène, les enfants, etc. … Faire une liste … Aller à un entrepôt où se trouvaient quelques dons, aller acheter de la nourriture dans les magasins, etc. …. et ensuite revenir à la famille pour leur apporter les produits.

Il ne s’agissait pas du travail de bénévolat que je connaissait car nous aidions en fait 3 ou 4 familles par jour … Nous pouvions à peine faire plus et je me suis sentais impuissant et triste pour ces personnes qui quittaient leur pays, leur maison et leur peuple pour faire face à cette situation … Laisser une mort violente en Syrie pour en trouver une autre plus lente en Turquie …

Et ces familles sans abri, ces personnes démunies n’avaient pas d’autre choix que de travailler dans les rues, de collecter cartons, journeaux, cagettes … Vendre des cigarettes, n’importe quoi pouvant rapporte 1 ou 2 livres turque …
A peine de quoi payer le loyer … Ce n’était pas suffisant pour qu’ils vivent … La traversée à 1000 euros par tête n’était qu’une utopie pour eux.

Je n’étais deffinitivement plus en Europe … un étranger dans une puissance étrangère qui ne fait pas partie (et qui ne veux pas semble-t-il) des lois et des règles de l’UE. C’est un peu difficile d’être Européen ici, de sentir l’aversion, la méfiance du pays dans lequel vous déménagez pour vous aider.
La Turquie se fiche que vous veniez de l’UE … que vous ayez un passeport ne signifie plus rien … être Français ne fait aucune différence dans la façon dont vous serez reçu … c’est peut-être même pire en fait …

Jusqu’ici, il me semble que la Turquie ne veut rien avoir à voir avec l’Europe …

Et j’ai vu et goûté le pouvoir de sa culture, de son histoire … et oui… La Turquie est un autre monde …

Polaroid CUBE

La langue, l’écriture, les couleurs, les architectures … le premier contact avec le pays est un choc … et vous apprenez l’histoire, vous apprenez à connaître la religion, cet énorme sujet dans la vie quotidienne turque qui se déroule presque dans tous ses aspects …

L’islam n’est pas seulement entendu cinq fois par jour au moment de l’Adan, lorsque la ville se met à chanter et à chuchoter de partout … des signes, des minarets de mosquées aux croissants blancs du drapeau turc affiché à presque toutes les rues des fenêtres … l’islam est omniprésent.
Le casse-tête politique du pays est également quelque chose de perturbant … Sophie m’a parlé d’Erdogan, de l’AKP, du PKK, du problème kurde, d’une guerre civile divisant le pays, sa population et sa mentalité en deux parties …
Elle m’a parlé de l’énorme histoire du pays … de sa figure légendaire: Atatürk, celui qui, révolutiona le pays après la chute de l’Empire Ottoman au début du 20ème siècle.

Et vous vous rendez compte que quelque chose diffère ici, face à l’Europe et à notre mode de vie … et vous commencez à comprendre, timidement au début … mais peu à peu, les choses deviennent plus claires, plus précises …

Et nous avons travaillé dur, tous ensemble dans la ville.
Tout était différent des travaux du camp: tout d’abord, notre groupe n’était pas enregistré en tant qu’ONG et la plupart d’entre nous avaient leur propre vie à côté, leur emploi, leur famille, leurs histoires etc. ….

A l’exception de Hassan, Felipe, Sophie et moi-même, les membres du groupe devaient travailler du lundi au vendredi et ne disposaient pas de notre temps mis a dispositons des Syriens … Pour être efficace, nous nous réunissions chaque mardi pour devions avoir une planifier la semaine. Le mercredi, nous passions la journée à rencontrer de nouvelles familles à Basmane, le quartier syrienne de la ville.

“Rechercher les réfugiés” était quelque chose de nouveau pour moi … 

Une fois que vous aviez trouvé une famille, la deuxième étape consistait à faire leur connaissance, à découvrir leur histoire, à savoir combien ils étaient, quelle était leur profession en Syrie, quand étaient-ils arrivés en Turquie et s’ils voulaient rester ou à partir et si oui avec quel argent.

Nous prenions leur numéro de téléphone, leur nom, leur âge, leurs besoins et leurs souhaits … L’ensemble du processus durait longtemps, mais il était crucial pour nous de savoir précisément de quelle manière nous pouvions les aider. Et vous ne pouviez pas vous concentrer sur plus de 6 familles par jour … et à la fin de l’après-midi, nos trois groupes arrivaient au maximum à collecter des informations concernant 10 à 15 familles, pas plus … ce qui était, honnêtement, déjà une montagne de travail à venir …

La deuxième étape était de recueillir au cours du jeudi et vendredi, les donations spécifiques que nous allions apporter à ces familles.
La liste de leurs besoins et les feuilles que nous avions remplies la veille étaient à ce moment, crucial, ce qui nous permettait d’être précis et plus efficaces dans les dons et les biens que nous leur proposions.

Une famille pouvait avoir besoin de vêtements et pas beaucoup de nourriture alors qu’une autre demandait du charbon et des médicaments … chaque situation était différente et nous allions et venions vers le soi-disant «entrepôt» pour collecter et trier les vêtements, les mettre dans les sacs, conduire jusqu’au grossiste pour obtenir le nombre précis de sacs alimentaires conrespondant au nombre de familles que nous aidions cette semaine, etc.

Mais nous nous sommes également concentrés sur leurs besoins plus précis, en réparant les meubles, en traitant le problème éducatif pour les enfants, en essayant de mettre en place des leçons, en aidant à obtenir un papier officiel, un emploi ou au moins un revenu monétaire … Le travail en tant que bénévole devenait de plus en plus axé sur le social.

Nous organisions un atelier pour apprendre à coudre aux syriennes, en les impliquant dans l’enseignement de l’arabe pour les enfants, en demandant aux travailleurs de chantier d’aider à reconstruire les maisons délabrés … en organisant des repas collectifs chez les réfugiés etc . Ces activités se déroulaient tout au long de la semaine … ce suivi était basé sur une routine quotidienne et devenait en quelque sorte une partie de notre vie.

Peu à peu, nous créions un réseau à travers cette situation chaotique … Tout au long de la semaine, nous retournions aux familles pour suivre leur amélioration … des relations se créaient. Nous devenions amis, nous plaisantions … leur faisions signe lorsque nous les croisions dans les rues …

Quelque chose émergeait de nos luttes pour aider, de leur volonté de continuer et de ne pas abandonner … Dans une des situations les plus désagréables que j’ai vécu, quelque chose naissait et grandissait … L’humanité .

Ca parait naïf de l’appeler de cette façon, mais je ne trouve pas d’autre nom pour décrire l’atmosphère dans laquelle nous travaillions.

Plus que la fatigue, plus que le froid, la douleur, la faiblesse et la mélancolie qui nous traversait tous les jours, nous créions, je crois, une bulle chaude sur laquelle toute cette désolation et cette impuissance ricochait et devenaient quelque chose de bon, quelque chose qui poussait tout le monde à l’avant.

Quand les choses ne peuvent pas être pires … ça ne peut qu’aller mieux …

exile (237 of 500)

Et je souhaite que cela puisse durer éternellement, je souhaite que cela puisse s’améliorer étape par étape, jour après jour jusqu’à la fin de la guerre, jusqu’à la fin de la crise et le retour de ces gens à une vie normale …

Et je m’attendais à passer mon dernier jour à planifier le chemin jusqu’à Gaziantep et à tout empiler tout avant de partir … Mais le dernier jour à Izmir fut le paroxysme du bordel.

Proceder à une césarienne à l’hôpital … courir de famille en famille, de quartier en quartier, partout dans Izmir, remplir des taxis avec des familles entières pour se précipiter vers différents endroits etc …

À la fin, je suis content que nous l’ayons fait avec Hassan et Ayshegul et je n’oublierai pas par quoi nous sommes passés ensemble … Je suis fier de les appeler mes amis comme tous les autres; Felipe, Sophie, Angélique, Yunus, la famille d’Hassan, Bara, Yasin, Ersin, Merve, Can, Chris et tout les autres …

Enfin, je suis parti pour Gaziantep …