Chapter XIV – Kara Tepe – Lesvos

I was in France, working on the first part of the documentary, editing recording voice over, translating interview etc… I was also planning the second part, looking at the different place I would go and how to get there when Fred from HSA called me.

He asked me to come back here in Kara Tepe, Lesvos to continue the documentation and video work I started there by winter 2015. 
As soon as possible I booked a flight and leave for the island.

Somehow I knew that the things were different there now that the EU-Turkish deal was in place, but I didn’t expect the things to be so drastically changed. I arrived on Lesvos few days after the Fred call and met him and David at the Mytilini airport. They drove me straight to the camp to show me how it has evolved over the last few months. First, the place looked the same to me, I even met some good friend I made across the volunteers of the camp last winter like Sara who was still working there, but soon I realized how much everything has changed: new infrastructures, new offices, sanitary area etc … The camp was now turned into something new: a long-term humanity base. And as the people couldn’t move further anymore due to the deal, they were staying and living here.

First I felt strange experiencing this kind of “neighborhood atmosphere”, Kara Tepe was really feeling even like a Holliday camp kind of … Everyone was smiling, the kids were running and playing all over the place… Cinema screening and activities such as football and kindergarten were happening every day … You could not feel the stress and the pressure that we were experiencing last winter when the boats were still arriving every day. And it was strange not to feel this tension, not to expect the phone to ring at any moment to warn you that a boat was arriving. To not be in “emergency mode” was disturbing as you would feel everything was alright but though, the work was still crucial and of course, to not have boat arrivals didn’t mean we had nothing to do …

Between school, food distribution, close distribution, sorting and storing donations etc … Many things were still needed. We weren’t facing an emergency humanitarian crisis anymore but were running a long-term support for the thousand people stacked there.
Of course they couldn’t move, but still, they needed a place to live by the time they’re waiting. And our work was to make the life less difficult for everyone and to sustainably make them passing through the process of getting the asylum. So we were working every day … Little by little … Slowly but surely we were sustaining the effort.

Our tasks were basically the same than the last winter but they were taking a different form. The food distribution was for example driven by Sara. She was one of the most devoted person I ever met and she was doing everything she could for the people of the camp. Then she had the idea to change the process of the food distribution, and to make it easier for the refugees, she organized a daily door to door food distribution service.
And it was way better than just delivering the meal in front of a queue of starving people, it was way more exhausting of course, as we were carrying heavy food boxes all over the camp, but at the end, everyone was happier this way. We were getting to know our people better, they were glad we were going to them. And I think this was one of the things that was making the difference between our group and the other NGO in place.
We were going to them.

Also, the clothes distribution was not a mess anymore as we were delivering the goods based on a appointments schedule so that we would focus on fewer people every day but we would be able to respond to their needs more efficiently. One of my other task in the camp was to take over the French lessons in the school HSA was running. Indeed, African people were among the refugees and were also asking for education. Then I met their kids and started to teach them every day trying to cover the whole spectrum of the basic education. It’s weird to realize how useful your knowledge can be as little as it is.
I never expected to be a teacher but I discovered myself a new utility that could make a change in these people lives. And it’s funny to think that you could never be a teacher in France without at least a master or something similar while here, the little you know makes you running classes of writing, mathematics, geography etc …

And I was also driving unofficial French lessons for Arabic speakers, working hard to make it through Arabic, English and French. 

And for an entire month, while working hard to make the life in the camp sustainable, I discovered how the crisis changed and how the EU-Turkish deal had an impact on people life. I realized the difference between helping in an emergency situation and a long-term humanitarian support which is completely different but as important and crucial.

For an entire month, I realized we were not only helping the “refugees”: we were living with them. They were part of our lives, part of the people we were seeing all day long. They were friends. And it was tricky to keep the distinction clear as you were willing to spend some time with them, just enjoying spending good moments and to get closer to them … but you also had to keep in mind that you couldn’t get too close … you had to keep a gap and to stay neutral. They were still “refugees” and you were still “humanitarian volunteer” and that meant you had responsibilities towards them. 

This was a pain and a difficult thing to do. We were so close to them, doing so many things together, drawing, swimming, singing, gardening, learning, joking … well, basically all the good things you’re doing in the life with the people you love BUT you were not allowed to see them as your friends as for the NGO’s they were first “people in need” that we were helping.

I’d say that this situation made me question myself on how important was the human relation through a crisis like this. I asked myself if it was possible to help people with humanity. To help “your friends” passing through a critical situation and to be fair enough to be equal with everyone. 

I think it’s one of the most tricky things in the humanitarian work.

Chapitre XIV – Kara Tepe – Lesbos

J’étais en France, travaillant sur la première partie du documentaire (montage, voix-off, traduction etc …) tout en planifiant la deuxième partie du parcours (de ce projet qui maintenant était devenu bien plus que son but initial), regardant les différents endroits où j’irais etc . lorsque je reçu l’appel de Fred, de HSA me demandant de revenir ici à Kara Tepe, Lesbos pour continuer la documentation et le travail vidéo que j’avais commencé par l’hiver 2015.
Aussitôt que possible, j’ai réservé un vol et parti pour l’île.
D’une certaine manière, je savais que les choses étaient différentes là-bas maintenant que l’accord UE-Turquie était en place, mais je ne m’attendais pas à ce qu’elles le soient si drastiquement. Je suis arrivé à Lesbos quelques jours après l’appel de Fred; lui et David son venue me chercher à l’aéroport de Mytilini. Ils m’ont conduit directement au camp pour me montrer comment il avait évolué au cours des derniers mois. Tout d’abord, l’endroit m’a semblé le même, j’ai même rencontré de bons amis qui étaient déjà présents l’hiver dernier comme Sara, Shareen etc . mais bientôt j’ai compris combien tout avait changé: nouvelles infrastructures, nouveaux bureaux, nouvelles zones sanitaires, etc. …. Le camp avait été transformé en quelque chose de nouveau: une base humanitaire à long terme. Et comme les gens ne pouvaient plus bouger davantage en raison du nouveau deal, ils restaient et vivaient ici.

 

D’abord, je trouvais étonnante, cette sorte d’atmosphère de quartier; Kara Tepe faisait même penser (à première vue) a un genre de centre de vacances … Tout le monde était souriant, les enfants couraient et jouaient partout … Cinéma en plein air et activités telles que le football et la maternelle se produisaient chaque jour … Vous ne pouviez pas ressentir le stress et la pression que nous éprouvions l’hiver dernier lorsque les bateaux arrivaient tous les jours. Et c’était étrange de ne pas ressentir cette tension, de ne pas s’attendre à ce que le téléphone sonne à tout moment pour vous avertir qu’un bateau arrivait. Ne pas être en «mode d’urgence» était dérangeant car c’était comme si tout allait bien alors que le travail était encore crucial et, bien sûr, ne pas avoir d’arrivées de bateaux ne signifiait pas que nous n’avions rien à faire …
Entre l’école, la distribution rapprochée des aliments, le tri et le stockage des dons, etc. Beaucoup de choses étaient encore nécessaires. Nous n’Etions plus confrontés à une crise humanitaire d’urgence, mais nous soutenions à long terme les milliers de personnes qui étaient bloqués, cloitres dans le camp.
Bien sûr, ils ne pouvaient pas bouger, mais ils avaient toujours besoin d’un endroit pour vivre le temps d’obtenir leur statut de demandeur d’asile. Et notre travail était de rendre la vie moins difficile pour tout le monde et de les faire passer durablement et surement dans le processus d’obtention de l’asile. Nous travaillions tous les jours … petit à petit … Lentement, mais sûrement, nous soutenions l’effort.
Nos tâches étaient fondamentalement les mêmes que le dernier hiver, mais elles adoptaient une forme différente. La distribution alimentaire été conduite par Sara (l’une des personnes les plus dévouées que j’ai pu rencontrer le long de la route) et elle faisait tout ce qu’elle pouvait (littéralement, elle venait de donner un an de sa vie) pour les gens du camp. Pour eux, elle avait eu l’idée de changer le processus de distribution des aliments, et pour faciliter leurs vies, elle avait organisé un service quotidien de distribution de nourriture de porte à porte.
Et c’était bien mieux que de livrer le repas devant une file d’attente de personnes affamées; bien plus épuisant, bien sûr, car nous transportions de lourdes boîtes alimentaires partout dans le camp, mais à la fin, tout le monde était plus heureux de cette façon. Nous connaissions mieux les gens, ils étaient heureux. Et je pense que c’était l’une des choses qui faisaient la différence entre notre groupe et les autres ONG’s en place.
Nous allions à eux.
We were going to them.

 

En outre, la distribution des vêtements n’était plus le bordel que nous avions connu puisque nous livrions les marchandises en fonction d’un calendrier des rendez-vous afin de se concentrer sur moins de personnes chaque jour, mais d’être en mesure de répondre plus efficacement à leurs besoins.
Une de mes autres tâches dans le camp était de me charger des leçons de français dans l’école d’HSA. En effet, des Africains (Cameroun, Centrafrique, RDC) étaient parmi les réfugiés et demandaient également des études. J’ai rencontré leurs enfants et commencé à leur apprendre chaque jour à essayer de couvrir tout le spectre de l’éducation de base. C’est étrange de se rendre compte de l’utilité de votre connaissance (aussi mediocre soit-elle).
Je ne m’étais encore jamais attendu à être un enseignant, mais je me suis decouvert une nouvelle utilité qui pouvait changer, à son échelle, le mode de vie de ces personnes. C’est amusant de penser que jamais je n’aurais pu être professeur en France sans au moins un MASTER ou quelque chose de semblable, alors que le peu que je connaissais ici, me faisait mener des cours d’écriture, de mathématiques, de géographie, etc.
Et je donnais également des leçons de français hors classe pour les arabophones, travaillant dur pour faire ma soupe entre l’Arabe, l’Anglais et le Français.
Pendant plus d’un mois, tout en travaillant dur pour rendre la vie dans le camp meilleure et durable, j’ai découvert comment la crise avait changé et comment l’accord UE-Turquie avait impacté sur la vie des gens. Je me suis rendu compte de la différence entre aider dans une situation d’urgence et supporter un travail humanitaire à long terme: deux choses complètement différentes, mais aussi importante et cruciale.


Pendant un mois entier, j’ai compris qu’il n’était plus seulement question d’aider les «réfugiés»: nous vivions avec eux. Ils faisaient partie de nos vies, une partie des gens que nous voyions toute la journée. C’étaient nos amis et, il était délicat de garder une distinction claire car vous étiez disposé à passer du temps avec eux, tout simplement en profitant de bons moments, à vous rapprocher d’eux … mais vous deviez garder à l’esprit que vous ne pouviez pas être trop proche … garder un ” espace ” et rester neutre. Ils étaient encore «réfugiés» et vous étiez toujours «volontaire humanitaire» et cela signifiait que vous aviez des responsabilités à leur égard.

C’était douloureux parfois et souvent, une chose difficile à faire. Nous étions tellement proches d’eux, faisions tant de choses ensemble, dessiner, nager, chanter, jardiner, apprendre, blaguer … bref, toutes les bonnes choses qu’on fait dans la vie avec les gens qu’on aime, a la différence qu’ici, vous n’étiez pas autorisé à les considérer- comme vos amis: pour les ONG, ils étaient d’abord des «personnes dans le besoin» que nous devions aider.

Je dirais que cette situation m’a permis de me questionner sur l’importance de la relation humaine lors d’une crise comme celle-ci. Ça m’a fait me demander s’il était possible d’aider les gens avec humanité sans perdre notre efficacité. Pour aider «vos amis» à traverser une situation critique, d’être juste et équitable à tous. Peut-on aider une personne qu’on aime comme on aide le dernier des connards?

Je pense que c’est l’une des choses les plus difficiles dans le travail humanitaire.

Chapter XII – Valence – France

After roughly 8 months on the roads through the different countries related to the migration crisis, I finally end up going back to France. Being back to the safety and the “civilization” as we used to see it…
But something changed, and I wasn’t really the same than I was before.

First, I had to go back because of conferences and workshops I needed to run in High Schools around Valence in the Drome region. I had never though I was about to tell my story and to talk about what I was doing this way. Basically, it wasn’t the goal of my project and I was more inclined to DO things instead of talking about, but I also realized it was an important thing to do specifically with students who were in the age of thinking by themselves and building the world of tomorrow.

20160407_200416
And to interact with them made me realized how much they all wanted to help but how lost they were regarding the practical ways to actually do it (exactly like me when I first leave to start the project). I was amazed by the faith they had in the future, but at the meantime the sadness and the weakness they were feeling regarding their own capacity to make a change.

20160407_215800

20160407_201326With Elodie, Cecile and few other good and active people of the region, we ran a couple of these conferences to raise awareness across the students and it was so successful that we start building a long term collaboration to continue to have a link with the school and to run this interaction for the year to come.
And I’m thankful to them, as they all helped me realized that, more than experiencing the crisis in the field and making relevant things on the ground, it was also crucial to share these experiences with the ones that, tomorrow, would be the citizen of the world.

Chapitre XII – Valence – France

Après environ 8 mois sur les routes à travers les différents pays liés à la crise migratoire, j’ai fini par revenir en France. Retrouvant la sécurité et à la «civilisation» comme nous la imaginions …

Mais quelque chose avait changé, et je n’étais pas vraiment le même qu’avant.

Tout d’abord, je devais rentrer au pays en raison de conférences et d’ateliers que je devais mener dans des lycées autour de Valence dans la région de la Drôme. Je n’avais jamais imaginé que j’étais sur le point de raconter mon histoire et de parler de ce que je faisais de cette façon. Fondamentalement, ce n’était pas l’objectif de mon projet et j’étais plus enclin à “faire” des choses concrètes plutôt que d’en parler, mais je me suis également rendu compte que c’était une démarche importante à faire spécifiquement avec les étudiants qui étaient à l’âge de penser par eux-mêmes et de construire le Monde de demain.

20160407_200416

Et d’interagir avec eux me fit me rendre compte qu’ils voulaient tous aider, mais qu’ils leur manquaient les informations et la pratique pour le faire (exactement comme moi lorsque je suis partis pour commencer le projet). J’étais émerveillée par la foi qu’ils avaient dans l’avenir, mais en même temps, par la tristesse et la faiblesse qu’ils éprouvaient à propos de leur propre capacité à changer les choses.

20160407_215800

20160407_201326

Avec Élodie, Cecile et quelques autres personnes fondamentalement bonnes et actives de la région, nous avons organisé quelques-unes de ces conférences pour sensibiliser les étudiants et devant le retour des jeunes, devant l’intérêt et la demande générale, nous avons choisi de lancer une collaboration à long terme pour continuer à avoir un lien entre ce projet et l’école pour exécuter cette interaction pour l’année à venir.
Et je les remercie, car ils m’ont tous aidé à constater que, plus que l’expérience de la crise sur le terrain est la réalisation de choses qui, certes ne meraitaient aucun discours ou quoique se soit de plus … il était également crucial de partager ces expériences avec ceux qui, demain, seraient les citoyen du monde.

 

Chapitre VII – Gaziantep – Turquie

Le trajet entre Izmir et Gaziantep me demanda 2 jours de conduite et je passai par la côte, traversai les villes d’Antalya et de Mersin ou d’autres camps étaient installés … Je traversai des montagnes rocheuses, des plages aux végétations luxuriantes, perdues sur les routes côtières qui suivent la courbe des terres qui tombent dans la mer Égée ….

Je dormais par coups de siestes de 3 heures, pour continuer à bouger et ne pas perdre le rythme … La Turquie est un pays énorme … et de le traverser me demanda de longues heures de conduite …

exile (311 of 500)

Je suis arrivé à l’école à Gaziantep en fin de soirée … J’étais séché, crevé et puant: la seule chose à laquelle j’avais besoin été d’une douche et d’un lit. Je m’écroulai après ma rencontre avec Sabina, la fondatrice de l’école de la paix, le “Salam” School.


Sabina avait 35 ans et une montagne d’énergie à revendre … Ce qu’elle a essentiellement fait, c’était de louer un appartement ici pour accueillir des amis Syriens fuyant la guerre, puis, lorsqu’ils se rendirent compte qu’ils avaient ensemble la possibilité de partager leurs connaissances et de répandre leur bonté dans le quartier, ils commencèrent l’incroyable défi de construire une école des réfugiés par eux-mêmes.

exile (342 of 500)

Un projet comme celui-ci, c’était complètement fou et je ne sais pas comment Sabina faisait pour dormir, elle avait tellement de choses à penser:

– planifier les leçons de la semaine avec les différents professeurs à travers les différents étages de l’école (qui étaient ni plus ni moins les appartements du 1er, 2ème et 3ème étages du bâtiment, ré-investis en salles de classes). Chaque professeur de la “Salam” School avait des leçons différentes à enseigner au différents niveaux des étudiants, mais finalement, la plupart d’entre eux se retrouvaient à faire classe aux 150 enfants tout au long de la semaine.

– S’occuper des enfants et de leurs besoins en fonction de leur âge, de leurs classes, de leurs familles, de leur milieu social, etc. …. ce n’était pas une chose facile, la situation était complètement différente en fonction des familles et l’équipe de l’école suivait l’amélioration des étudiants et de leurs familles sur le long terme, c’était un travail tout aussi important que l’éducation des enfants. S’assurer que les élèves soient dans de bonnes conditions pour s’améliorer (rendre leur vie à la maison meilleure, faire face parfois à leurs problèmes familiaux, veiller à ce que leurs parents soient stables, etc.) était quelque chose d’important car le but de l’école était de permettre à ces enfants de devenir éduques et intelligents pour améliorer leur vie sur le long terme.

– Outre le travail de base de préparation des leçons, d’organisation des cours, etc . Nous devions nous assurer que la vie de l’école se déroule bien: Quelque chose d’incroyablement long et énergivore car il fallait s’occuper de tous les aspects de la vie scolaire: des fournitures alimentaires aux meubles de l’école, en payant le loyer pour les trois appartements, le paiement des enseignants et la résolution de leurs problèmes s’ils en avaient (ils étaient eux aussi des réfugiés), trouver de l’argent pour rendre l’école durable …

Et plus que ces tâches quotidiennes, des choses plus spécifiques que vous ne pourriez pas prédire se passaient … comme aller rencontrer de nouvelles familles, faire des profils de nouveaux enfants arrivant à l’école, de dire au revoir à ceux qui décidaient de partir en Europe avec leur famille, etc. et personnellement, passer une semaine à l’école et voir tout le travail qui devait être fait sur une base quotidienne était éprouvant … Je ne pourrais pas faire ça par moi-même.

exile (301 of 500)

Mais il semble que Sabina ait l’habitue de cela, et je n’ai jamais rencontré une personne si calme, généreuse et douce, compte tenu de la quantité de questions et de tâches stressantes auxquelles elle était confrontée chaque jour.

Bien sûr, elle était entourée par l’équipe scolaire, Akran et sa famille, Éva, Laure, Shareen et tous les autres enseignants. La plupart d’entre eux vivaient dans le bâtiment dans les appartements (salles de classe qu’ils occupaient la nuit après les cours) car ils n’avaient pas d’autre endroit où aller. Ainsi, de construire et réparer la vie de ces enfants et familles, et, comme chacun vivait au même endroit, l’école de la paix était plus une grande famille qu’une école.

Bien sûr, nous avions tous notre petit espace de repos et notre bulle privée (les différences culturelles entre nous étaient fortes et je pense que la vie privée permettait de faire face à ces différences et de travailler ensemble en harmonie …)

Et j’ai aimé faire partie de cette communauté, de ce groupe de personnes magnifiques, d’amis et de frères, soeurs, épouses et enfants … C’était comme découvrir une partie de votre propre personne que vous n’aviez jamais rencontrée auparavant …

Et je pense que je n’aurais pas pu rester à Gaziantep sans leur soutien … La ville était trop intense … C’est la dernière grande agglomération avant la Syrie et, bien que, encore en Turquie, je me sentais sous pression tout le temps. La guerre se passait ici aussi …

Dans le quartier, il n’était pas rare d’entendre des coups de feu. Les gens criaient, discutaient, se battaient, etc. …. C’était une partie de la vie quotidienne et vous deviez faire avec … Vous deviez faire face à la tension … La peur d’être volé, battu ou pire … l’incertitude était aussi présente que la fumée âpre dans l’air.

Et vous pouviez sentir la pression et la présence de la guerre ici … “ils” étaient tout autour de nous, autour du quartier et de la ville, sans aucune preuve tangible de leur présence … mais nous savions qu’ils étaient là, comme des fantômes qui font leurs affaires … Tranquillement, doucement mais aussi sûrement que la prison gouvernementale dans laquelle on “les” enfermait, se tenait en face de l’école.

Et vous pouviez remarquer que la moitié des gens que vous traversez dans les rues étaient des Syrien. Ils étaient partout … Travaillant, demandant de l’aide dans les rues, vendant des cigarettes, des mouchoirs … Vivre là-bas en tant que réfugié était une lutte … De nombreuses familles ne pouvaient pas perdre leur temps dans l’éducation de leurs enfants, ils devaient travailler …

Beaucoup d’enfants avec qui j’ai parlé à l’école, travaillaient après les cours ou avaient quittes leur travail pour se concentrer sur leurs études … Et la plupart d’entre eux n’avaient pas plus de 9 ans …

Travailler 10 ou 12 heures par jour pour gagner juste assez d’argent pour survivre … Un garçon de 6 ans ne devrait pas avoir à détruire sa santé dans la fumée des entreprises et des magasins pour pouvoir grandir.

Je ne pouvais pas comprendre comment les patrons de ces magasins pouvaient dormir la nuit en employant ces enfants et en les trompant, tirant profits de leurs difficultés.

Pourtant, bien que connaissant les faits … Nous, à l’école, ne pouvions pas trop intervenir et être trop présents chez ces personnes, même si nous le voulions …

Premièrement, nous n’étions pas autorisés, deuxièmement, nous ne pouvions pas supporter tous leurs problèmes …

exile (338 of 500)

L’école était principalement destinée à leur donner une l’éducation et à permettre à ces enfants d’améliorer leur vie par eux-mêmes.

Chapter VII – Gaziantep – Turkey

And I passed by the coast, where I crossed the cities of Antalya and Mersin where other camps were settled … I passed rocky mountains, coastal roads following the curve of the lands falling into the Egean See …

I slept three hours by three hours as I used to, to keep moving and to not lose the rhythm but even though … Turkey is a huge country … and I experienced it for long hours of driving …

I arrived at the school at Gaziantep late evening … I was naked, stinky and the only thing I needed was a bed and a shower.

I went straight to sleep after a little talk and presentation with Sabina, the head of administration and founder of the Salam school.

She’s a 35 years old young and energetic woman that could inspire a bunch of people.

What she basically did was to rent some flat here to host some syrian she knew, and then, when they realized that they had together the possibility to share their knowledge and to spread their goodness around in the decaying neighbourhood of the city, they start the incredible challenge of driving a refugee school by themselves.

Somehow to run a project like this one by yourself might be completely crazy and I don’t know how Sabina is managing to sleep as there’s soo many things to think about :

– Planning the lessons through the weeks with the different professors across the several floors of the school (which are basically 1st, 2nd and 3rd floor flats of the building) each professor of the Salam School have different lessons they’re teaching and different level of students they’re specialized to teach to but most of them were finally teaching to the 150 children all along the week.

– Taking care of the kids and their needs depending on their age, classes, families, social background etc … this wasn’t like a proper lesson as we use to givnormal schools but of course here the situation was completely different and following up the improvment of the students and their families as they get better (or worse), was a big thing to do. To make sure that the kids were in a good conditions to improve (making their life back home better, dealing with their family problems sometimes, making sure that their parents were OK etc …) was something crucial as the meaning of the school was to enable these kids to get clever and clever and to improve their life in the long run.

– Beside of the basic work of preparing the lessons, organizing the classes etc … Making sure that the school life was going well was something again incredibly time consuming as you had to look after many different things from the food supplies to the school furnitures, paying the rent to the three flats, paying the teachers and solving their problems if they had (as they’re refugees as well),  dealing with the money to make the school sustainable …

And more than these daily tasks, more specific things were of course happening that you couldn’t predict … like going to meet families, going to make profiles of new kids coming in the school, saying goodbye to the one who’re leaving to europe with their family etc … and personnaly, spending a week in the school and seeing all the work that has to be done on a day to day base was overhelming and mindblowing … something that I couldn’t do by myself.

But it seems like Sabina get used to it, and I never met a person so calm a gentle given the amount of stressfull questions and tasks she was facing everyday.

Of course she was surrounded by the school team, Akran and his family, Eva, Laure, Shareen, and all the other teachers .
Most of them where living in the building in the flats as they didn’t had any other places to go, any other way to sustain their families and as everyone was living in the same place, the salam school was for more like a family than a school.
Of course we all had our little space to rest and our privacy (the cultural differences between us were still strong and I think the privacy allowed us to deal with these differences and to leave and work together in harmony) …

And I enjoyed being part of this community, this group of good people, of friends and brothers, sisters, wife and children … This was like discovering a part of your own people that you never met before and I felt quite concerned about the whole …

And I think I couldn’t stay in Gaziantep without their support … The city was something too intense…
The town is the last one before Syria and even it’s still in Turkey, I felt like under pressure all the time. As if the war was happening here as well …
In the neighbourhood, it wasn’t rare to hear gunfights around, people shouting, arguing, fighting etc … That was somehow part of the daily life and you had to deal with it. You had to work through the tension … The fear of being robbed, beaten or whatever as the unsafeness of the area was as present as the smoke coming from the trashes and the dirty streets.
And you could feel the pressure and the presences of the war here … Isis was all around without any tangible proof of their presence but we knew they were here, like ghosts doing their business … Quietly, gently but as surely as the Isis governmental prison in front of our place was full of them.
And you could tell that half of the people you would cross on the streets was Syrian.
They were everywhere … Working, asking for help in the streets, selling cigarettes, tissues anything …
To live there as a refugee was a struggle… Many families could not afford to waste their time to educate their kids and they all had to work … Many of the children I’ve been talking to at school were either working after classes or left their work to focus on their studies … And most of them were not more than 9 years old …
You could then ask yourself how would you feel to be obliged to work ten or twelve hours a day to earn jut enough to struggle surviving … A six years old boy shouldn’t have to be harming his health working in the smoke of the companies and shops to live.
I couldn’t understand how the boss of these shops could sleep at night employing these children and fooling them, making money out of their difficulties.

Still, knowing the facts … We, at school, couldn’t interfere too much and to be too present in these people life even if we wanted so … As we weren’t allowed, as we could not sustain all of their problems … As the school was here mostly to give them education and to enable these kids to improve their life by themselves.