Chapitre XI – Sid – Serbie

Sid.

Nous avons quitté Belgrade avec une autre volontaire pour nous rendre à la frontière serbo-croate à proximité de la petite ville de Sid. Après un trajet de 2 heures, nous sommes arrivés à l’endroit où nous avons été accueillis par Aleksandra, responsable du groupe humanitaire de la “Tchèque-team” de l’ONG “People In Need”.

 

exile (418 of 500)

J’avais rencontré Aleksandra une semaine plus tôt dans une réunion à Belgrade concernant la situation des réfugiés à la frontière et j’étais désireux d’en savoir plus sur leurs conditions là-bas maintenant que ces frontières étaient fermées … D’une certaine manière, je m’attendais à ce que la situation soit pire que cela, plus chaotique …

Aleksandra m’a raconté les détails des conditions humanitaires des réfugiés durant les dernières semaines. Ils me semblaient avoir reçu un bon traitement. Sur les camps qui restaient dans Sid, nous opérions à Adasid, un motel et un garage près d’une station-service sur la route E70 menant à Zagreb et à Presovat qui était un ancien hôpital construit près de la forêt qui a été transformé en un lieu pour les réfugiés maintenant coincés là.

Maintenant que la frontière était fermée, personne ne pouvait plus aller de l’avant … Tous les migrants étaient bloqués là sans savoir quoi faire, où aller, quand partir etc. Ce qui m’aurait rendu extrêmement inquiet. Pourtant jusqu’à présent, ils semblaient bien s’acclimater à cette situation délicate et je les trouvais plus relax et calmes que prévu. Le fait qu’ils restent dans des bâtiments appropriés et approximattivement propre devait les aider à ne pas devenir fous et à essayer quelque chose de bête. Pourtant, nous pouvions voir des taxis aller et venir pendant la journée, ce qui signifiait que, même avec les frontières fermées, les gens continuaient à traverser, en utilisant des passeurs et les trafficants au lieu de la voie officielle.

Les camps étaient moins peuplés jour après jour … Les gens s’en allaient.

Seules les grandes familles restaient là, bloquées … Ne pouvant progresser davantage en raison des enfants ou du manque d’argent. Cela ne signifiait pas pour autant que nous n’ayons rien à faire, loin de la … En fait, c’était même le contraire, alors que les gens dans l’organisation étaient sur le point de quitter l’endroit. Nous avions besoin de jouer avec les enfants tous les jours. Nous devions régler les différents problèmes des familles, etc. Supprimer et nettoyer tous les aires de stockage (que l’organisation utilisait depuis 5 mois) afin d’envoyer les vêtements et les dons à Idomeni où ils étaient plus nécessaires.

Les derniers jours à la frontière ont été étranges et tristes, car je savais que j’allais retourner en Europe de l’Ouest, en France … Et j’avais tout, sauf envie de perdre mon but, revenir au confort, au moderne et soi-disant “monde civilisé” … Et je ne voulais pas … Je ne pouvais plus faire face à l’ignorance, après avoir connu le désordre que mes pays répandaient autour d’eux …

Je me sentais mourir en passant, à rebours, les frontières … sans aucun problème “moi”… En retournant triste et déprimé vers l’Europe, toutes les personnes que j’ai rencontrées et aidées étaient avec moi mais ne pouvaient traverser …
Situation ironique ….

DCIM100GOPROG0044194.

Chapter XI – Sid – Serbia

Sid.
We left Belgrade with a fellow volunteer to head to the Serbian Croatian border nearby the little town of Sid.
After a 2hours drive, we arrived at the place where we were welcomed by Aleksandra the team manager of the Czech team humanitarian group settled there.

exile (418 of 500)
I met aleksandra a week earlier in a meeting about the refugees situation at the border and I was eager to know more about their conditions over there now that the borders were closed …
Somehow I expected the situation there to be worse, more chaotic …
Aleksandra told me the details of the last few weeks regarding the refugees conditions, it appeared that they somehow received a good treatment.
Over the camps they were staying around Sid, we operated in Adasid, a motel and garage near a gas station on the E70 motor way leading to Zagreb and presovat which was a former hospital built near the forest which has been turned into a place for the refugees to stay.

As the border was closed, no one could move further … Thy all were stuck there without knowing what to do, where to go, when to go etc… Which would have makes me ultra worried.
But so far, it seemed that they got used to this tricky situation and I found them more relax and calm than I expected.
The fact that they were staying in proper buildings might have helped them not to get crazy and to try something silly.
Still we could see taxis coming along back and forth at some point during the day which meant that even with the closed borders the people were still crossing, using smugglers instead of the official way.
And the camps were less crowded day after day … People were leaving.
Only the big families were staying there, stuck … Enable to move further due to the kids or the lack of money.

Then, it didn’t meant that we were less busy. In fact it was even the way opposite as people in need organisation was about to move out of the place. (somehow useless as the NGO was dealing with emergency situations)
We needed everyday, beside of playing with kids, dealing with people problems etc … Remove and clean all the storage areas the organisation had been using for the last 5 months in order to send the clothes and donations in Idomeni where it was more needed at the time.

So far the last days at the border has been a bit upsetting and sad as I knew I was about to go back to Western Europe, to France and UK … And I felt like loosing my goal, returning back to comfort, to the modern and so called civilised world … And I didn’t wanted to … I couldn’t face it anymore after all that I seen from outside, after having experienced the mess that my countries are spreading around them …
I felt dying passing by the borders backward, without any trouble … Going back sad and depressed to the places all the people I met and helped were willing to reach.
Ironic situation …

DCIM100GOPROG0044194.