Le trajet entre Izmir et Gaziantep me demanda 2 jours de conduite et je passai par la côte, traversai les villes d’Antalya et de Mersin ou d’autres camps étaient installés … Je traversai des montagnes rocheuses, des plages aux végétations luxuriantes, perdues sur les routes côtières qui suivent la courbe des terres qui tombent dans la mer Égée ….

Je dormais par coups de siestes de 3 heures, pour continuer à bouger et ne pas perdre le rythme … La Turquie est un pays énorme … et de le traverser me demanda de longues heures de conduite …

exile (311 of 500)

Je suis arrivé à l’école à Gaziantep en fin de soirée … J’étais séché, crevé et puant: la seule chose à laquelle j’avais besoin été d’une douche et d’un lit. Je m’écroulai après ma rencontre avec Sabina, la fondatrice de l’école de la paix, le “Salam” School.


Sabina avait 35 ans et une montagne d’énergie à revendre … Ce qu’elle a essentiellement fait, c’était de louer un appartement ici pour accueillir des amis Syriens fuyant la guerre, puis, lorsqu’ils se rendirent compte qu’ils avaient ensemble la possibilité de partager leurs connaissances et de répandre leur bonté dans le quartier, ils commencèrent l’incroyable défi de construire une école des réfugiés par eux-mêmes.

exile (342 of 500)

Un projet comme celui-ci, c’était complètement fou et je ne sais pas comment Sabina faisait pour dormir, elle avait tellement de choses à penser:

– planifier les leçons de la semaine avec les différents professeurs à travers les différents étages de l’école (qui étaient ni plus ni moins les appartements du 1er, 2ème et 3ème étages du bâtiment, ré-investis en salles de classes). Chaque professeur de la “Salam” School avait des leçons différentes à enseigner au différents niveaux des étudiants, mais finalement, la plupart d’entre eux se retrouvaient à faire classe aux 150 enfants tout au long de la semaine.

– S’occuper des enfants et de leurs besoins en fonction de leur âge, de leurs classes, de leurs familles, de leur milieu social, etc. …. ce n’était pas une chose facile, la situation était complètement différente en fonction des familles et l’équipe de l’école suivait l’amélioration des étudiants et de leurs familles sur le long terme, c’était un travail tout aussi important que l’éducation des enfants. S’assurer que les élèves soient dans de bonnes conditions pour s’améliorer (rendre leur vie à la maison meilleure, faire face parfois à leurs problèmes familiaux, veiller à ce que leurs parents soient stables, etc.) était quelque chose d’important car le but de l’école était de permettre à ces enfants de devenir éduques et intelligents pour améliorer leur vie sur le long terme.

– Outre le travail de base de préparation des leçons, d’organisation des cours, etc . Nous devions nous assurer que la vie de l’école se déroule bien: Quelque chose d’incroyablement long et énergivore car il fallait s’occuper de tous les aspects de la vie scolaire: des fournitures alimentaires aux meubles de l’école, en payant le loyer pour les trois appartements, le paiement des enseignants et la résolution de leurs problèmes s’ils en avaient (ils étaient eux aussi des réfugiés), trouver de l’argent pour rendre l’école durable …

Et plus que ces tâches quotidiennes, des choses plus spécifiques que vous ne pourriez pas prédire se passaient … comme aller rencontrer de nouvelles familles, faire des profils de nouveaux enfants arrivant à l’école, de dire au revoir à ceux qui décidaient de partir en Europe avec leur famille, etc. et personnellement, passer une semaine à l’école et voir tout le travail qui devait être fait sur une base quotidienne était éprouvant … Je ne pourrais pas faire ça par moi-même.

exile (301 of 500)

Mais il semble que Sabina ait l’habitue de cela, et je n’ai jamais rencontré une personne si calme, généreuse et douce, compte tenu de la quantité de questions et de tâches stressantes auxquelles elle était confrontée chaque jour.

Bien sûr, elle était entourée par l’équipe scolaire, Akran et sa famille, Éva, Laure, Shareen et tous les autres enseignants. La plupart d’entre eux vivaient dans le bâtiment dans les appartements (salles de classe qu’ils occupaient la nuit après les cours) car ils n’avaient pas d’autre endroit où aller. Ainsi, de construire et réparer la vie de ces enfants et familles, et, comme chacun vivait au même endroit, l’école de la paix était plus une grande famille qu’une école.

Bien sûr, nous avions tous notre petit espace de repos et notre bulle privée (les différences culturelles entre nous étaient fortes et je pense que la vie privée permettait de faire face à ces différences et de travailler ensemble en harmonie …)

Et j’ai aimé faire partie de cette communauté, de ce groupe de personnes magnifiques, d’amis et de frères, soeurs, épouses et enfants … C’était comme découvrir une partie de votre propre personne que vous n’aviez jamais rencontrée auparavant …

Et je pense que je n’aurais pas pu rester à Gaziantep sans leur soutien … La ville était trop intense … C’est la dernière grande agglomération avant la Syrie et, bien que, encore en Turquie, je me sentais sous pression tout le temps. La guerre se passait ici aussi …

Dans le quartier, il n’était pas rare d’entendre des coups de feu. Les gens criaient, discutaient, se battaient, etc. …. C’était une partie de la vie quotidienne et vous deviez faire avec … Vous deviez faire face à la tension … La peur d’être volé, battu ou pire … l’incertitude était aussi présente que la fumée âpre dans l’air.

Et vous pouviez sentir la pression et la présence de la guerre ici … “ils” étaient tout autour de nous, autour du quartier et de la ville, sans aucune preuve tangible de leur présence … mais nous savions qu’ils étaient là, comme des fantômes qui font leurs affaires … Tranquillement, doucement mais aussi sûrement que la prison gouvernementale dans laquelle on “les” enfermait, se tenait en face de l’école.

Et vous pouviez remarquer que la moitié des gens que vous traversez dans les rues étaient des Syrien. Ils étaient partout … Travaillant, demandant de l’aide dans les rues, vendant des cigarettes, des mouchoirs … Vivre là-bas en tant que réfugié était une lutte … De nombreuses familles ne pouvaient pas perdre leur temps dans l’éducation de leurs enfants, ils devaient travailler …

Beaucoup d’enfants avec qui j’ai parlé à l’école, travaillaient après les cours ou avaient quittes leur travail pour se concentrer sur leurs études … Et la plupart d’entre eux n’avaient pas plus de 9 ans …

Travailler 10 ou 12 heures par jour pour gagner juste assez d’argent pour survivre … Un garçon de 6 ans ne devrait pas avoir à détruire sa santé dans la fumée des entreprises et des magasins pour pouvoir grandir.

Je ne pouvais pas comprendre comment les patrons de ces magasins pouvaient dormir la nuit en employant ces enfants et en les trompant, tirant profits de leurs difficultés.

Pourtant, bien que connaissant les faits … Nous, à l’école, ne pouvions pas trop intervenir et être trop présents chez ces personnes, même si nous le voulions …

Premièrement, nous n’étions pas autorisés, deuxièmement, nous ne pouvions pas supporter tous leurs problèmes …

exile (338 of 500)

L’école était principalement destinée à leur donner une l’éducation et à permettre à ces enfants d’améliorer leur vie par eux-mêmes.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s